L'estime de soi

L'Organisation Mondiale de la santé (OMS) définit la santé comme « un état de complet bien-être physique, mental et social qui ne consiste pas seulement en l'absence de maladie ou d'infirmité. »
Autrement dit, être en bonne santé ne signifie pas seulement être exempt de tout handicap ou de de toute maladie, cela passe aussi par le fait d'être en bonne condition physique, mentale et sociale.
Ainsi nous pouvons aisément dire que la santé, le fait d'être en bonne santé, ne dépend pas d'un seul critère mais bien d'une multitude d'éléments intriqués les uns dans les autres et résulte de la somme de tous ces éléments.
On peut regrouper ces différents éléments en sous-groupes de facteurs eux-mêmes appartenant à un même grand ensemble qui est celui des « déterminants de la santé », c'est à dire les facteurs influant sur l'état de santé.

Quels sont donc ces déterminants de la santé ? Ils sont au nombre de cinq et l'on trouve :

  • les facteurs endogènes, c'est à dire les caractéristiques biologiques et génétiques propres à chaque individu
  • les facteurs environnementaux, aussi bien la localisation géographique que le lieu de travail
  • les facteurs mode de vie, liés aux comportements sociaux de chaque individu
  • les facteurs liés au système de santé
  • et enfin les facteurs psychosociaux

Ici, nous nous intéresserons davantage aux facteurs psychosociaux, c'est un ensemble de facteurs regroupant des notions aussi diverses que les conditions socioculturelles avec les normes et les valeurs propres à chaque individu ou groupe d'individus ; les facteurs socio-économiques avec leur lots d'inégalités et de discrimination mais aussi la confiance en soi ou encore l'estime de soi.
Ainsi, l'estime de soi est un acteur majeur de la santé d'un individu puisqu'elle appartient à la vaste catégorie des facteurs psychosociaux.

Les psychologues définissent l'estime de soi comme le jugement que l'on a de soi et que l'on porte de soi. En d'autres termes, cela correspond à l'image et à la valeur qu'un individu accorde à sa propre personne. Si certaines personnes tendent à surestimer leur propre valeur, d'autres tendent à la sous-estimer.

Là où une sur-estime de soi peut conduire à l'égocentrisme et à l'arrogance, une sous-estime de soi peut, quant à elle, mener à une dévalorisation de soi-même.
Les personnes qui se sous-estiment ont tendance à se qualifier de « bons à rien », à penser à tort qu'elles ne valent rien ou pas grand-chose, qu'elles sont inutiles et que tous leurs projets sont voués à un échec cuisant. Malheureusement, la majorité des personnes avec une faible estime d'elles-mêmes sont des femmes, une des raisons pour laquelle les femmes sont encore si peu représentées dans le monde de l'entrepreunariat ou encore dans des postes de hautes fonction : d'une manière ou d'une autre, elles ont intériorisé l'idée qu'aucun de leur projet ne pourrait aboutir et, de ce fait, elles ne prennent aucun risque et ne tentent rien bien qu'elles aient une multitude d'idées ; or, il existe un adage qui dit qu'avoir un millier d'idées est inutile si aucune d'entre elles ne se concrétise.

Ainsi, la solution à cela serait de trouver un équilibre, un juste milieu entre une estime de soi suffisamment grande pour oser prendre des risques et entreprendre sans tomber dans l'excès d'estime de soi afin de ne pas devenir arrogant. Il faut donc connaître sa valeur,
tout en restant humble.

L'estime qu'une personne porte à sa propre personne dépend en grande partie de l'environnement dans lequel elle a évolué et dans lequel elle évolue encore : plus une personne a reçu des stimulations positives de son environnement familial, professionnel ou encore amical et plus cette personne tendra à avoir une bonne estime d'elle-même ; au contraire une personne ayant reçu et recevant une majorité de stimulations négatives tendra plutôt à avoir une faible estime d'elle-même.
 

Questions :

  • Quelle estime avez-vous de votre propre personne ?
  • Pensez-vous que l'estime de soi joue un rôle dans la carrière d'une personne ?
  • Quel a été le rôle de l'estime de soi dans votre carrière professionnelle et dans vos relations personnelles ?
  • Pensez-vous qu'il est possible de transformer une mauvaise estime de soi en bonne estime de soi ?
  • Comment avez-vous forgé l'estime que vous avez de vous-même ?
  • Avez-vous une bonne estime de vous-même ? Si oui, cela a-t-il toujours été le cas ?
  • Quelle opinion avez-vous de l'estime de soi dans l'entrepreunariat ?
  • Selon vous, comment peut-on augmenter l'estime que l'on a de sa propre personne ?

 

En conclusion, l'estime de soi se construit dès le plus jeune âge et se poursuit tout au long de la vie. Comme l'a très justement Maxwell Maltz : « Une faible estime de soi, c'est comme conduire à travers la vie avec son frein à main ». Avoir une faible estime de soi est un réel handicap, un frein à la prise de risque, un frein aux projets, un frein à l'entrepreunariat, un frein qui nous empêche d'avancer dans la vie aussi vite et aussi bien qu'on le pourrait. Une faible estime de soi nous ralentit dans énormément de choses, mais ce n'est pas une fatalité. Il n'est jamais trop tard pour avoir une bonne estime de soi- même, ainsi, si l'estime que vous vous portez actuellement n'est pas la meilleure qui soit, sachez qu'il n'est pas trop tard pour renverser la balance. Il vous faudra d'abord prendre conscience de la mauvaise estime que vous portez, essayer d'identifier les causes qui vous ont conduit à cela, prendre la décision sincère de changer cette mentalité négative et commencer par faire preuve d'indulgence envers vous-même. Alors, aujourd'hui, choisissez de vous accorder une grande estime, une grande valeur et commencez par croire en vous !